Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 12 février 2010

(4)_ le regard vers les Hauteurs

...(*Emerson-éva)...  

 

 " La Religion peut étre définie comme relation de l'àme à (*Dieu)*Amen-Ré),

 d'où il  suit que le Sectarisme marque le déclin de la religion.

 

 Car le fait de s'en réfère immédiatement à (*Dieu)*Amen-Ré) nous dispose

 moins à nous couper de nos frères.

 

 On peut mourir autant de fièvre que de longueur, et la religion est détruite

 avec la méme efficacité par la bigoterie que par l'indifférence ".

 

  (14-15.12) ...

 

 ... Emerson-éva)...  

 

                                             ... & ... 

lundi, 08 février 2010

(3)_le regard vers les hauteurs

  Emerson disait : " N' injuriez pas le mal ,plutot les beautés du bien" .

" Ce à quoi (*Dieu)*Amen-Ré) aspire en nous s'accomplit lorsque nous nous maintenant à Son écoute . 

       

samedi, 06 février 2010

(2)_Le regard vers les hauteurs

  ... ( Il n'est pas toujours aisé de traduire  fidèlement un texte reflétant, dans son esprit et dans sa forme , la pensée d'un auteur d'une époque révolue,et qui s'adresse à ses contemporains.) ...  C'est ainsi que dans " l'évangile d'Emerson", certaine expressions,certaines phrases et autres propos,pourraent déconcerter le lecteur  actuel, et apparaitre comme excessifs.Il faut pour tout comprendre que l'auteur s'adresse  à est américain et qu'il s'adresse à des américains àqui il insuffe une philosophie nouvelle,d'émblée acceptée comme un " nouvelle évangile ou mieux,comme comme l'Evangile Universel adapté au Nouveau Monde ".  

jeudi, 16 juillet 2009

ko)...un souffle

   ° (13/82/192)_                                                 
    L' évangile d' Emerson (Newton Dillaway)         
   éditions Astra ...1992...                                        
                                                                               
 Toutes choses procèdent du méme esprit,             
 et toutes conspirent du méme esprit ,                     
 Celui qui poursuit des fins justes est rendu fort,      
 de la force de la nature tout entière.                           
 Voilà qui  dèrobe sa propre force, ses auxiliaires ;        
 il s'éloigne de ses lointains canaux,                                   
 rapetisse en plus en plus, jusqu'à devenir finalement        
 atome de poussière, un point,                                                
 atteignant l'absolue mort qui est le crollaire du mal absolu.  
                                                                                                    
 ................................................................................................  
                                                                                                    
 " Un Miracle  ne contredit pas la Nature.                                 
  Mais notre propre Cannaissance de la Nature " .